Conscience intuitive, Journal of Osteopathy November 1898 – Traduction

Traduction par bibi de l’article Intuitive consciousness, tiré du Dr A.T. Still’s Department, dans le Journal of Osteopathy de Novembre 1898. Cet article est une traduction uniquement, et non l’opinion du traducteur. Il peut-être intéressant de tenir compte du contexte de l’époque lors de la lecture.

Peut-être l’un de mes textes préférés de Drew, mais je sais que tout le monde s’en fout de le savoir, et c’est bien pour ça que je vous le dis ! C’est mon blog, je fais ce que je veux.

Conscience intuitive

En suivant une étude avec une formation pratique, une personne devient familière avec les principes à tel point qu’elle peut accomplir un bon travail dans toutes les parties et estime qu’aucun effort supplémentaire ne sera nécessaire. Il fait bien son travail et le ressent, en raison de sa maîtrise de son métier par l’expérience pratique et l’observation étroite pendant son apprentissage.

Une autre personne de sa classe qui n’a jamais perdu une heure ne peut pas faire un aussi bon travail et mène une vie de travail confus, mais se tient au même niveau dans toutes les autres branches. Le premier homme a obtenu de l’étude quelque chose que le deuxième homme n’a pas. Le premier résout tous les types de problèmes difficiles avec facilité, tandis que le deuxième est presque un échec partout. Pourquoi cette différence ? Peut-être que le premier a travaillé pour obtenir une conscience intuitive, ou a fait de tous les sujets des êtres vivants de son esprit, vivants sous des lois faites pour leur existence. Celui qui réussit doit étudier la loi de toutes les poursuites ou métiers. Observer et obéir est le seul moyen de réussir ; il réussit en obéissant à de telles lois jusqu’à ce que l’esprit et le corps deviennent également sensibles au fait que l’homme doit sentir qu’il a raison avant de pouvoir réussir.

Par la loi de la connaissance et de l’intuition, toutes les personnes réussissent. Ainsi, nous ne devrions pas nous contenter de savoir que nous avons raison, mais le ressentir, et agir avec énergie en conséquence, et nos succès croîtront avec le temps. Nous devons ressentir un intérêt dans tout ce que nous faisons, sinon nous serons toujours assis à la table de la déception.

Il se peut que nous ne pensions pas assez souvent à la nature duelle de l’homme et au fait que son corps est sous son esprit, et obéit à ses ordres tout le temps. Par un long service sous l’esprit, le corps est saturé si profondément de la télégraphie de la pensée qu’il ressent des pressentiments d’un ordre à exécuter une certaine tâche avant même que l’ordre ne soit donné ; peut-être du fait que le corps est plein de l’essence de l’esprit et de son action. Je vais abandonner cette pensée et dire que ce qui précède n’est qu’une suggestion immature. Je crois que la plus grande bénédiction que nous puissions obtenir est d’avoir une sensation en union et en action avec l’esprit et le corps si nous voulons réussir.

Texte d’A.T. Still dans Journal of Osteopathy 11/1898
Traduction par Jules Rampal


Posted

in

,

by

Tags:

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *